Les salariés

D’abord pour les salariés, il existe le C.P.F qui est un compte en heure qui permet à tous salariés mais aussi aux demandeurs d’emploi de bénéficier d’une action de formation. Il a pour objectif d’accroitre le niveau de qualification. Ce compte est crédité au rythme de 24 heures par an sur les 5 dernières années, sachez que si vous ne vous servez pas de vos heures pendant cette période, le calcul repart à zéro, il est donc préférable de choisir une formation avant le terme afin d’éviter de les perdre. Pour info, le C.P.F remplacera le DIF très prochainement.

 

Les demandeurs d’emploi

Pour les demandeurs d’emploi indemnisés, c’est pole emploi qui sera en charge de vous financer votre formation et ce en étroite collaboration avec le conseil régional. À noter que les dispositifs d’aide peuvent varier d’une région à l’autre : chaque région définit sa politique en termes de financement des formations. Le contrat de professionnalisation permet aux jeunes jusqu’à 25 ans révolus et aux demandeurs d’emploi de 26 ans et plus d’acquérir une qualification professionnelle et favorise l’insertion ou la réinsertion professionnelle.

 

Les autres classes professionnelles

Enfin pour les non-salariés comme les professions libérales ou agriculteurs, les conditions sont fixées par des règles particulières mais dans le régime général, elles s’appuient sur trois fonds d’assurance formation. Les fonds interprofessionnel de formation des professions libérales, l’association de gestion du financement de la formation des chefs d’entreprise et les fonds d’assurance formation des professions médicales libérales. Les personnes handicapées peuvent également solliciter l’AGEFIPH (Fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées). Aussi et pour terminer, certaines caisses de retraite notamment celles des cadres, peuvent parfois prendre en charge une partie du coût de formation en fonction de critères qui leur sont propres.