Vous quittez un poste que vous aviez déjà et aussi parce que cela ne va pas être si simple, en démontre notre bonne vieille administration Française. Et oui, on ne quitte pas son siège de salarier aussi facilement, à moins d’avoir un patron très compréhensif.

 

L’abandon de poste positive ou négative

La première solution pourrait être l’abandon de poste, qui reste à votre initiative et qui va entraîner dans les cas les plus sérieux, des sanctions comme le licenciement de votre poste, ce qui entraînera une coupure de votre salaire, vous perdrez également vos indemnités de licenciement ou encore le versement des dommages et intérêts. Nous ne vous conseillons donc pas cette option.

 

Rupture de contrat

Pour une rupture de contrat plus simple et organisé vous pourrez demander une rupture conventionnelle à votre patron. Cette option vous donnera d’avantages de possibilités de rebondir, tel que des indemnités de rupture, le choix de votre date de départ (d’une durée d’en moyenne 3 mois), et pour finir vous aurez également le droit au chômage (ce qui vous laissera le temps de vous retourner). A savoir aussi que cette procédure comporte quelques risques à court terme puisque vous ne percevrez plus de salaire et que l’employeur peut décider de reporter votre congé de 6 mois comme bon lui semble.

 

Comme vous l’aurez remarqué, aucun mode de rupture concrète de contrat de travail ne va être totalement avantageux pour vous, mais les possibilités restent multiples afin de vous sortir d’une situation périlleuse. En sachant que chaque cas va être différent et va être géré différemment en fonction aussi de votre ancienneté et votre attache à l’entreprise.