L’intéressement est une mesure d’épargne salariale qui implique une association des salariés aux différents résultats et performances de l’entreprise.

Dans ce cadre, ils se verront attribuer certaines primes, dont le principal objectif est de les motiver à s’impliquer davantage dans les performances de leur société.

Mais une fois ce langage d’économiste terminé, quels pourraient être les réels avantages pour le salarié de l’intéressement ?

Les options possibles et la taxation de l’intéressement

Ce qui est très avantageux pour le salarié, c’est que lorsqu’il reçoit sa prime d’intéressement, celle-ci n’est soumise à aucune taxe. Elle ne fait donc pas l’objet de cotisation sociale ou d’impôts sur le revenu (suivant certaines conditions).

Pour tous ceux qui s’intéressent à leur patrimoine et leurs investissements, l’intéressement est donc un atout intéressant pour une stratégie sur le long terme.

Il peut soit conserver l’argent de l’intéresser et l’investir, soit en disposer pour entreprendre ses différents achats ou réaliser ses projets. Toutefois, cette somme sera imposable à l’impôt sur le revenu s’il décide de récupérer son intéressement en le retirant du plan de l’entreprise.

Il sera alors obligé de la percevoir comme une prime classique. Même dans ce cas, la taxe qui est appliquée n’est pas excessive, à moins d’avoir un intéressement très important, ce qui est rarement le cas.

Il peut faire bloquer la prime sur plan d’épargne entreprise (PEE)

Lorsque le salarié choisit cette option, il sera en mesure de jouir de certains avantages fiscaux et sociaux. Bien sûr, cette épargne sera exonérée d’impôts. Ceci dans le cas où le montant de l’intéressement qui est reçu est inférieur au ¼ de sa rémunération annuelle brute. C’est également le cas, lorsque le montant de cette prime est inférieur à la moitié du plafond annuel de la sécurité sociale.

En plus, il a la possibilité de bloquer sa prime d’intéressement pendant une période de 5 ans. Si dans son projet de carrière, le salarié veut rester sur le long terme dans l’entreprise, cette option est souvent la meilleure. Bloquée, la somme jouit d’intérêts qui font gonfler le montant de l’intéressement !

Se faire virer la somme sur son compte bancaire

Comme dit précédemment, si le salarié choisit de recevoir sa prime d’intéressement sur son compte, celle-ci sera soumise à l’impôt sur le revenu. Dans cette optique, les avantages sont assez variés.

Parmi ceux-ci, il y a le fait que les employeurs sont ceux qui supportent les frais relatifs au virement de la prime.

La somme reçue ne profite pas du plan d’épargne d’entreprise. Il n’y a donc aucun intérêt qui se cumule, ou d’abondement fait par l’employeur. Mais, l’avantage est d’avoir une arrivée de liquidités immédiate.

Épanouissement et fidélité à l’entreprise

L’intéressement est un avantage financier des plus intéressants pour un salarié. En dehors de cet aspect, il lui permet aussi d’être suffisamment épanoui dans sa vie en entreprise. Il se sent davantage important et investi dans une entreprise.

En effet, dans le monde actuel, on parle souvent de devoirs d’un salarié envers son entreprise et vice versa, mais trop peu de la force de travail justement récompensée par un employeur qui sait ce qu’il lui doit.

Un salarié justement récompensé se sentira donc à son aise et sera suffisamment productif pour réussir chaque année à augmenter le montant de l’intéressement.