La mission du technicien de surface peut être résumée en trois mots : Responsable de la propreté des espaces. En fait, ce n’est pas aussi simple que l’on peut imaginer, car cette responsabilité est bien très large. Il revient à lui de garantir l’hygiène des lieux, notamment dans certains secteurs qui requièrent une attention et un suivi ininterrompus tels que la santé et l’agroalimentaire.

Quelles sont donc exactement les tâches de ce métier ? Zoom sur le quotidien d’un technicien de surface.

Le technicien de surface : Que fait-il au juste ?

Son objectif principal est de faire en sorte que les normes d’hygiène soient respectées au quotidien. Il doit maintenir les surfaces, les machines et toute chose ayant contact avec les produits dans leur processus de production soient propres et désinfectés. Ceci, en respectant rigoureusement le planning de nettoyage mis en place, ainsi que les procédures et protocoles de désinfection.

Bien sûr, le technicien de surface est périodiquement soumis à des contrôles de qualité, visuels ou bactériologiques. Il a aussi droit à des mesures de protection et de sécurité. On le trouvera tout le temps avec des protections pour manipuler les produits de nettoyage sans courir de danger. Il est souvent amené à utiliser des machines pour l’aider dans sa besogne : canon à mousse, aspirateur silencieux et puissant, autolaveuse… Donc, il est possible qu’il soit sujet à des formations pour apprendre à manier les engins et les machines.

Quelles compétences et formation doit-on avoir pour devenir un technicien de surface ?

Il est facile à deviner que la propreté et le soin sont les compétences essentielles pour réussir dans ce métier. A ceci s’ajoutent de l’organisation et de la rigueur ainsi qu’une bonne condition physique et une grande énergie. Il faut savoir que le technicien de surface est sollicité souvent hors les heures de production, les soirées et les week-ends. Cet excès peut générer une fatigue chronique et des troubles musculosquelettiques. Certains produits chimiques peuvent déclencher quelques réactions allergiques.

Pour le devenir, il faut avoir une formation adéquate, à faire soit en CAP ou en BTS.

  • CAP maintenance et hygiène des locaux.
  • BTS MSE – Métiers des services à l’environnement
  • Bac pro hygiène propreté stérilisation.