La loi informatique définie dans le cadre du RGPD, impose à chaque entreprise des obligations légales en matière de traitement et de collecte de données à caractère personnel. La mise en conformité des sociétés ou des associations à ce règlement européen est régie par le DPO : le Délégué à la protection des données. Assurant la correspondance informatique et Liberté entre l’entreprise et le CNIL, ce responsable possède de multiples compétences. Chaque entité a le choix alors entre un DPO externalisé ou un DPO internalisé

Qu’est-ce qu’un DPO ?

Après l’entrée en vigueur du RGPD en 2018, une nouvelle fonction a vu le jour au sein des entreprises privées, des organismes publics, des associations et de toutes entités en charge de traitement et de collecte de données à caractère personnel. Le DPO ou Data Protection Officer est en charge de la protection des données au sein de l’entreprise. 

Ce chef d’orchestre exerce plusieurs missions, dont :

  • S’assurer de la mise en conformité de l’entreprise aux nouveaux règlements imposés par le RGPD ;
  • Contrôler la bonne application des lignes directrices du traitement, de la conservation et de la protection des données à caractère personnel ;
  • Coordonner les mesures à prendre et sensibiliser chaque collaborateur et chaque service sur l’importance de la protection des données en vue d’échapper aux sanctions du CNIL ;
  • Détecter les infractions concernant les droits des personnes à la protection des données à caractère sensible au sein de l’entreprise ;
  • Être le lien entre le CNIL et l’entreprise et le délégué à la protection des droits de protection.

La loi vous oblige-t-elle à désigner un DPO RGPD ?

La nomination d’un DPO RGPD, voir ici, est obligatoire pour les entités suivantes : un organisme public, une entreprise qui exerce une activité de vidéosurveillance, une société en charge des traitements des données sensibles et ceux qui traitent des données relatives aux infractions et aux condamnations pénales. 

Si votre entreprise entre dans cette catégorie, le CNIL vous oblige à assurer la conformité de votre entité au RGPD grâce à la présence d’un DPO RGPD. Si vous œuvrez dans d’autres domaines, la désignation d’un DPO reste facultative, mais vivement recommandée. En effet, si l’entreprise manifeste un manquement à ces règlements, votre organisme risque de percevoir des charges et des sanctions lourdes sous forme d’amende

Quel DPO RGPD choisir ?

Certaines compétences sont requises pour être un bon délégué à la protection des données. Comme votre DPO RGPD est en charge d’importantes missions, il doit disposer d’une profonde connaissance juridique et technique relative aux règlements européens de traitement et de protection de données : le RGPD. Sa disponibilité et sa réactivité sont requises, tout autant que sa faculté à s’adapter aux particularités de votre organisation. 

L’externalisation du DPO : est-ce une solution probante ?

Votre entreprise profite de plusieurs privilèges en choisissant de recourir à un DPO externalisé. La mutualisation d’un DPO externe convient à toutes les PME et les TPE puisqu’elle permet de réduire les charges de la société tout en bénéficiant de l’expertise d’un professionnel qualifié en protection des données à caractère personnel. Pour les grandes entreprises, un DPO externalisé leur garantit l’expertise d’un responsable qualifié et expérimenté, apte à s’adapter à la taille de leurs organisations. 

Opter pour une entreprise de communication pour un DPO externalisé

Des agences de communication spécialisées dans la mise en conformité des entreprises au RGPD proposent d’accompagner les entreprises. Elles présentent plusieurs modules pour piloter votre mise en conformité et accroître la sécurisation informatique des traitements et des collectes de données sensibles au cœur de votre entreprise. 

Ces professionnels s’occupent de la maintenance de votre registre, d’établir un programme de mise en conformité, de piloter cette mise en conformité et de concevoir un coffret numérique pour prouver à toute heure votre conformité au RGPD.